dimanche 9 mars 2014

ZOLA NANA RESUME CHAPITRE XI




Chapitre XI :

Le chapitre se déroule presque entièrement sur l’hippodrome de Longchamp, rendez-vous mondain, à l’occasion du Grand Prix. Toute la société est représentée, de l’Impératrice à… Nana ! L’héroïne s’entoure de tous ses prétendants, s’amuse et devient rapidement la reine du champ de courses, d’autant qu’un cheval de son amant Vandeuvres, outsider, s’appelle « Nana ». Les femmes jalousent la jeune femme.

Un Dimanche de juin, le jour du Grand Prix du Bois de Boulogne.
- Un chapitre « corvée » pour Zola.
- Un moment clé pour Vandeuvres qui a confié au chapitre 10 espérer la victoire de Lusignan (son grand favori) pour refaire sa fortune : il ne pourrait se remettre d’une défaite.

Après un début de journée orageux, il fait finalement très beau. Nana  arrive en grand équipage vers midi, une des premières, plus de 3 heures avant le grand prix: « passionnée », elle porte les couleurs de l’écurie Vandeuvres (bleu, blanc), « toilette extraordinaire » « une bousculade s’était produite dans la foule comme au passage d’une reine ».
- Elle est accompagnée de Bijou, Louiset (toujours muet et sérieux), Georges et Philippe.
- Nana explique que Muffat, qu’elle a mis à la porte deux jours plutôt, boude : (il l’a en fait surprise avec un passant). Elle raille ses remords, ses crises religieuses. Il commence à avoir de sérieux problèmes financiers. Le mariage entre Daguenet et Estelle se confirme.



Beaucoup de monde arrive ensuite (effets de foule).
-L’auteur relate l’arrivée des Mignons, enrichis, « luxe cossu de bourgeois enrichis ». Il décrit la rancune de Rose, Mignon avenant salue Nana.
- Arrivent ensuite Labordette accompagné de Gaga, Clarisse, Blanche de Sivry, prend les paris des femmes. Puis viennent Tatan Néné, Maria Blond, Caroline Hugon, sa mère et deux messieurs, Louise Violaine, Léa de Horn, Lucy Stewart avec fils, Simonne et Steiner, La Tricon : « montée sur siège cocher. Elle dominait la foule, elle semblait régner sur son peuple de femmes. », « joueuse enragée », « elle prenait des notes d’un air de majesté ». Enfin, entrent en scène « cet idiot de La Faloise » (Georges) qui vient d’hériter, ensuite, Bordenave, Amélie, la fille de Gaga, et le marquis de Chouard qui l’a achetée pour 30.000 F.

- Nana observe les tribunes : elle aperçoit l’impératrice, et auprès d’elle Muffat (figure raide et solennelle), puis le Prince d’Écosse (Teins ! Charles. Elle le trouvait engraissé) », Sabine, Estelle, Daguenet, Fauchery.
- La foule devient immense et de plus en plus de monde se presse autour du landau de Nana : la jeune femme distribue en effet du champagne à tous ceux qui la côtoient. « Le cercle grandissait, « il n’y avait bientôt plus qu’une foule, qu’un vacarme, autour de son landau ; et elle régnait parmi les verres …. Alors, au sommet, pour faire crever de rage les autres femmes qu’enrageait son triomphe, elle leva son verre plein, dans son ancienne pose de Vénus victorieuse. »
- Mignon vient voir Nana, Rose furieuse, veut se venger en envoyant à Muffat une lettre de Sabine à Fauchery
- En même temps, la côte de Nana, la pouliche outsider, monte de façon inexpliquée. C’est alors qu’arrive Vandeuvres, très nerveux. Il fait entrer Nana dans l’enceinte du pesage (bookmakers, tribune, salle où on pèse jockeys) : elle découvre un lieu qui est d’ordinaire interdit aux filles (jalouses). Nana se sent supérieure, « toute gonflée », elle dévisage les dames des tribunes, dont la comtesse Sabine, puis elle se moque de Muffat.
- Nana sort de la piste en compagnie de Labordette et rejoint ses amis, la course va commencer. Nana se place en hauteur : « pour bien voir, elle monta debout sur une banquette de son landau, foulant aux pieds les bouquets », « elle dominait la plaine ». Elle termine même la course debout sur le siège cocher.



- Les chevaux arrivent alors après la pesée des jockeys : Le parallèle entre Nana et la pouliche se poursuit : description, en particulier de la pouliche qui crée la surprise par sa beauté, elle rappelle l’animalité de la jeune fille. Personnification de la pouliche: « le coup de soleil dorait la pouliche d’une blondeur de fille rousse », « elle a mes cheveux ».
- La course commence (faux départ, suspense). Victoire de la pouliche Nana sur Spirit (l’esprit). En même temps, le texte instaure une confusion entre les deux « Nana » : subterfuge qui accentue le triomphe de la jeune femme. « Elle était restée un instant immobile, dans la stupeur de son triomphe », « Nana écoutait toujours son nom, dont la plaine entière lui renvoyait l’écho. C’était son peuple qui l’applaudissait, tandis que, droite dans le soleil, elle dominait avec ses cheveux d’astre et sa robe blanche et bleue, couleur du ciel. » A la fin, la confusion est totale : « On ne savait plus si c’était la bête ou la femme qui emplissait les cœurs », « la cour de Nana s’élargissait toujours, son triomphe décidait les retardataires, le mouvement qui avait fait de sa voiture le centre de la pelouse s’achevait en apothéose, la reine Vénus dans le coup de folie de ses sujets ».
- Nana va fêter « sa victoire ».
- Mais Vandeuvres se suicide, à la suite de manœuvres louches, en se faisant flamber dans son écurie dans un geste qu’il voulait élégant. Il meurt dans l’indifférence générale et les critiques.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire