lundi 20 janvier 2014

ZOLA, NANA, RESUME, CHAPITRES V et VI



Chapitre V

Les motifs et les techniques descriptives rappellent des sujets et des perspectives propres à Degas.

C’est déjà la 34° représentation de La Blonde Venus dont le succès ne se dément pas. Les artistes, dans les coulisses, se croisent et se toisent, se racontent les dernières rumeurs : on dit que Nana intéresse beaucoup le Prince et est désirée par de nombreux hommes : elle est devenue le « rêve de Paris ».



- Simonne raconte comment Nana s’est entichée de Satin : « une jolie roulure ! » dit Prullière.
- Muffat voit le diable en Nana mais ne parvient pas à lui résister. Même le marquis de Chouard est là, et le Prince (Napoléon III).
- Dans le foyer des artistes, les acteurs, attendant leur entrée en scène, discutent : Simonne, Prullière, Bosc, Clarisse, Fontan (qui veut fêter sa fête). Puis arrivée de Satin, puis de Mignon et Fauchery.

- Les discussions des acteurs témoignent de l’ascension de Nana : Steiner est parti lui acheter une campagne, les autres actrices sont jalouses, le prince d’écosse vient la voir pour la 3è fois en 8 jours. Il est assis dans une loge avec le comte Muffat, non loin du Marquis de Chouard. Les attitudes de la jeune femme, qui vient d’apparaître furtivement, la démarquent des autres acteurs : Nana avance « royalement », elle ne se mêle pas aux autres, les salue de loin, se fait attendre notamment lors de ses entrées en scène.
- Le prince, guidé par Bordenave, rejoint la loge de Nana en compagnie de Muffat et Chouard : « le prince venait de demander à complimenter Nana dans sa loge, pendant l’entracte. »
- Le Prince est très à l’aise dans cet univers, de même pour Chouard, qui arbore « l’air enchanté d’1 homme qui se retrouve chez lui. » Par contre, Muffat est mal à l’aise, « incommodé » surtout par les odeurs : « suffocation »
- Description minutieuse changement de décor, du chemin jusqu’à loge de Nana. Zola insiste notamment sur les odeurs (point de vue Muffat).


- Quand les 4 hommes paraissent,  Nana est à moitié nue, elle se cache derrière un rideau (fausse pudeur), elle met en scène son entrée, comme l’actrice qu’elle est : « elle ne s’était pas couverte du tout… », « jouant la confusion, avec des tons roses sur le cou et des sourires embarrassés », « risqua encore des mines hésitantes d’ingénues ».
C’est alors qu’arrivent : Fontan, Prullière, Bosc avec du champagne:
 « Le roi Dagobert est dans le corridor, qui demande à trinquer avec son Altesse Royale » (ils boivent).


On ne plaisantait plus, on était à la cour. Ce monde du théâtre prolongeait le monde réel, dans une farce grave », « N jouait la grande dame, la reine Vénus, ouvrant ses petits appartements aux pers de l’état » « et personne ne souriait de cet étrange mélange, de ce vrai prince, héritier d’un trône, qui buvait le champagne d’un cabotin, très à l’aise dans ce carnaval des dieux, dans cette mascarade de la royauté » …Satin, étonnée dans son vice de voir un prince et des messieurs en habits se mettre avec des déguisés après une femme nue, songeait tout bas que les gens chics n’étaient déjà pas si propres.
L’attirance de Nana pour Fontan est déjà perceptible, seule le prince la remarque : il «l’attirait avec son masque de grotesque ». « Se frottant contre lui, le couvant d’un regard de femme enceinte».
- Dans cette pièce à la chaleur suffocante, Muffat se remémore son enfance : « chambre d’enfant toute froide », « glace » du baiser de sa mère.
- Muffat, très attiré par la jeune femme, assimilée au diable, se promet de résister. « la lente possession dont N l’envahissait depuis quelques temps l’effrayait, en lui rappelant ses lectures de piété, les possessions diaboliques qui avaient bercé son enfance », « Nana, confusément, était le diable ».


- Le spectacle est fini. Muffat, vaincu par le désir, embrasse Nana, « Un rude baiser sur la nuque, sur les petits poils blonds qui frisaient entre ses épaules ».
Nana invite Muffat à la rejoindre à la campagne, près Orléans puis elle part avec le prince. Chouard « avait filé derrière Satin » (qui ne semble pas vouloir de lui), Muffat  « la tête en feu, voulut rentrer à pied. Tout combat avait cessé en lui. » « c’était sa jeunesse qui s’éveillait enfin, une puberté goulue d’adolescent ».


CHAPITRE VI

L’action se déplace à la campagne : aux Fondettes, les Muffat rendent visite à la famille Hugon tandis que Nana arrive à la Mignotte avec Steiner qui vient de lui offrir cette maison de campagne. C’est rapidement le point de convergence des prétendants de Nana : le petit Georges qu’elle s’amuse à déguiser en fille et qu’elle infantilise et Muffat, surtout, qui éprouve une grande jalousie et se montre pour la première fois pressant et violent à l’égard de Nana.



- Aux Fondettes chez Mme Hugon
Mi-septembre. Les Muffat arrivent chez Mme Hugon dans la campagne proche d’Orléans pour une huitaine de jours. Georges trouve la comtesse Sabine, très gaie, « drôle, avec quelque chose de changé dans la figure »
- Mme Hugon, scandalisée, confie à ses invités que depuis mai Steiner a acheté non loin une propriété « la Mignotte » à une actrice. Il s’agit de Nana qui doit arriver le soir même. Le lecteur comprend que Muffat et Georges sont venus attirés par sa présence, les deux hommes, soupçonneux, s’étudient.


- (Retour en arrière, analepse) : De son côté, Nana quitte le théâtre prise d’une envie irrépressible et arrive plus tôt que prévu à la Mignotte avec Zoé. Elle découvre sa propriété (maison + potager) avec ravissement. « Elle se retint pour ne pas courir », « c’est féerique ». « tout à coup, […] elle distingua fraises. Alors, son enfance éclata » « il fallait vraiment que Madame fût enragée. Maintenant, l’eau tombait à torrent »
- Georges, impatient, la rejoint le soir même en prétextant une migraine (attitude très maternelle de Nana qui voit en lui un enfant (« Zizi »), une « poupée ». Arrivé trempé, elle se plaît à l’habiller en femme).


- Lendemain :  Arrivée de Steiner chez Nana, de Daguenet, de Fauchery (attiré par la comtesse) sur l’invitation de Georges, puis de Vandeuvres (« qui promet depuis 5 ans ») ainsi que du marquis Chouard chez Mme Hugon, tous jouent les innocents (Ironie omniprésente) ; « parmi ces hommes suivant à la trace Vénus, Muffat était le plus ardent, le plus tourmenté. Lui, avait une promesse formelle, Nana l’attendait »
- Le soir, Nana doit faire de savants calculs pour rester avec Georges : « Nana se révoltait à l’idée de tromper Georges »
- Steiner est repoussé dans une autre chambre.


- Muffat, qu’elle repousse depuis trois mois se voit également congédié tous les soirs : fou de désir « dans cette nature sanguine, restée vierge, le désir, fouetté par la savante tactique de Nana, déterminait à la longue de terribles ravages, « il était fou ; jamais elle n’avait vu un homme dans un pareil état »
- Nana connaît alors une semaine de bonheur pur (et nocturne) avec Georges. « Idylle ».
- Une autre facette de la personnalité de Nana apparaît : on la découvre sentimentale, tendre. Elle se sent « vierge ». « Nana eut, à ce moment, des fantaisies de fille sentimentales. Elle regardait la lune pendant des heures. » « Elle s’attendrissait, se sentait redevenir toute petite. .. Elle croyait avoir quitté Paris depuis vingt ans. Son existence d’hier était loin.»  Cadre de leurs rendez-vous : Nuit, chant oiseau (rouge-gorge), lune ronde « éclairait la campagne d’1 nappe d’or », feu cheminée, « c’était dans des romances qu’elle avait vu tout ça ».


- Arrivée de Louiset et de la tante : « sa crise de maternité eut la violence d’un coup de folie »
- Puis Arrivée des Mignon, Labordette, Lucy, Caroline, Tatan néné, Maria Blond, La Faloise, Gaga, sa fille Amélie. Nana d’abord furieuse, elle ne les attendait plus, est ensuite elle est « enchantée de jouer à la châtelaine ».

Nathalie LECLERCQ

4 commentaires:

  1. Bonjour
    Vous avez s'il vous plaît une analyse de ce chapitre V?
    Merci beaucoup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Non, désolée.
      Bonne continuation et merci à vous,
      Nathalie Leclercq.

      Supprimer
  2. Avez vous fait d'autres résumé? Ils sont vraiment bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, J'en ai écrit et publié un certain nombre. Vous aurez peut-être moins de mal à les trouver sur mon blog version web en version complète, il y a un onglet de recherche. A titre informatif, il y a 46 articles sous le libéllé "RÉSUMÉ".
      Bonne lecture
      Nathalie Leclercq

      Supprimer