dimanche 30 juin 2013

COURS, VOCABULAIRE STYLISTIQUE (FIGURES DE STYLE)


Vocabulaire stylistique



Allégorie: L'allégorie évoque une réalité abstraite en la représentant de manière concrète. La personnification est une variante de l'allégorie. Voir aussi parabole.

Allitération: L'allitération est une répétition de deux consonnes d'un même timbre (qualité de voix). «Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes » (Racine). L'allitération est une figure très prisée des publicitaires et leurs slogans parfois ne manquent pas d'humour. « Saucisse sèche, sans savoir sécher » Justin Bridou (publicité pour la marque de Saucisson).

Analogie: L'analogie (n. f.) consiste à mettre en relation deux objets, phénomènes ou situations qui appartiennent à des domaines différents mais font penser l'un à l'autre parce que leur déroulement ou leur aspect, présentent des similitudes. La métaphore et la comparaison sont des figures de l'analogie.

Anaphore: L'anaphore est caractérisée par la répétition d'un terme en tête d'un groupe de mots ou d'une phrase. Exemple : “Mon juge est mon amour, mon juge est ma Chimène” (Corneille, Le Cid Scène II).

Antiphrase: L'antiphrase (n. f.) consiste à dire le contraire de ce que l'on pense, tout en révélant que l'on pense le contraire de ce que l'on dit. L'antiphrase s'apparente à la litote mais s'en distingue en cela que l'antiphrase peut être définie comme la traduction de la négation d'une vérité par sa contre-vérité. La litote quand à elle va au-delà de la contre-vérité pour exprimer beaucoup plus (voir la définition de la litote).


Antithèse: L'antithèse est l'opposition de deux réalités contradictoires. Exemple : « Et jamais on n'a vu la timide innocence/ Passer subitement à l'extrême licence.» (Racine, Phèdre Acte IV Scène 2). « Paris est tout petit, c'est là sa vraie grandeur » (Prévert)

Assonance: L'assonance est la répétition de sons voyelles (de même timbre) indépendamment des consonnes qui suivent. Le chat, pacha attrapa l'autre chat dans la villa des Lilas. Pour retenir cette définition : Assonance (termine par une voyelle), allitération (termine par une consonne). L'allitération est la répétition de sons consonnes.

Asyndète: Une asyndète consiste en la suppression des mots de liaison entre les termes d'une ou de plusieurs phrases (conjonctions de coordination, adverbes) qui donne au discours plus de vigueur. Exemple : Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu. Chiasme

Le chiasme est une figure fondée sur la symétrie que l'on représente sous la forme A B/ B A : Répétition symétrique inversée. Exemples : Vous êtes aujourd'hui ce qu'autrefois je fus. (Corneille, Le Cid). Il fait manger pour vivre et non pas vivre pour manger.

Comparaison: La comparaison consiste à rapprocher deux éléments, un comparé et un comparant, pour en souligner les ressemblances ou les différences. Le rapprochement des deux termes se fait au moyen d'un outil de comparaison (comme, aussi... que, autant... que, plus... que, moins... que etc.). Exemple : Être bavard comme une pie.

Éponyme (adj.) : qui donne son nom à quelque chose. Ex: Un roman éponyme: Candide, de Voltaire.

Euphémisme : L'euphémisme consiste à remplacer une expression qui risquerait de choquer, par une expression atténuée. Le procédé inverse est l'hyperbole. Exemples : “Sans-abris” ou “SDF” (Sans Domicile Fixe) sont des euphémismes pour désigner les clochards. Un “homme d'un certain âge”, est une expression choisie pour signifier “vieillard”.

Gradation: La gradation se caractérise par l'emploi de termes de plus en plus forts (gradation ascendante) ou au contraire de plus en faibles (gradation descendante). L'énoncé comporte des termes de force croissante ou décroissante. Exemples : Gradation ascendante: « Je me meurs, je suis mort, je suis enterré. » (Molière, L'Avare, 1668). « C'est un roc !... C'est un pic !... C'est un cap ! Que dis-je, c'est un cap !... C'est une péninsule ! » (Cyrano de Bergerac Acte I, sc. 4 , Edmond Rostand (1898)). Gradation descendante: Toute ma vie, pendant presque 10 ans, une minute avant mon mariage, j'ai pensé que je mourrais célibataire.


Hyperbole: L'hyperbole est une exagération. L'antonyme de l'hyperbole est l'euphémisme. Exemples : Ce colis pèse une tonne ! Être mort de rire. J'ai mille choses à vous dire. Hypotypose: Figure rhétorique consistant pour l'auteur à décrire une scène avec force de détails comme si elle se déroulait sous ses yeux.

Ironie: L'ironie consiste à faire semblant de louer ce que l'on veut blâmer, à dire le contraire de ce que l’on pense (antiphrase).

Litote : La litote consiste à dire le moins pour suggérer le plus, et même pour suggérer beaucoup plus. La litote diffère de l'antiphrase en ce qu'elle vise à suggérer beaucoup plus que la simple négation de la vérité énoncée. L'antonyme de la litote est l'hyperbole. Exemple : « Va, je ne te hais point » (Racine, Phèdre) Elle lui dit en fait qu’elle l’aime.

Métaphore: Rapproche deux réalités qui n’ont rien à voir entre elles. Métaphore filée : Lorsque la métaphore se poursuit sur plusieurs phrases on la dit 'filée'. Exemple : Tu es mon soleil.

Métonymie: Rapprochement entre deux réalités très proches, Le contenant pour le contenu (Boire un verre), la matière pour l’objet (Mettre une petite laine).
La synecdoque est une forme de métonymie : Prendre la partie pour le tout, ou le tout pour la partie (Une voile pour un bateau) Exemples : Terminer son assiette. S'endormir sur ses lauriers. Lire un Balzac. Les têtes blondes (pour les petits enfants). Marseille a remporté la finale (l'équipe de Marseille).

Mot-valise: Un mot-valise est un mot composé de plusieurs mots aux sonorités complémentaires. Exemple : Célibattante (célibataire + battante).

Néologisme: Il s'agit d'un mot inventé par l'auteur pour décrire une chose ou un concept pour lequel il ne trouve pas d'équivalent. Exemple : L'arrache-cœur (Boris Vian, L'Écume des jours).

Onomatopée: Une onomatopée est un vocable qui imite un son et dont l'usage n'est pas encore intégré dans le dictionnaire. Exemples : "Plouf !"


Oxymore: L'oxymore ou oxymoron est le procédé par lequel on associe par la syntaxe deux mots contradictoires. Exemple : Un silence bavard. Une seconde d'éternité. « Cette obscure clarté qui tombe des étoiles » (Le Cid, Corneille) « La terre est bleue » (La terre est bleue comme une orange, poème de Paul Eluard, L'Amour la poésie, 1929) Soleil noir.

Paradoxe: Le paradoxe consiste à présenter ce que l'on pense sous forme contradictoire. Exemple : Le jour se lève, mais c’est la nuit dans mon cœur.

Parallélisme: Le parallélisme consiste en la répétition de la même construction dans 2 phrases ou 2 propositions. Exemple : Travaillons aujourd'hui à construire demain.

Parodie:   Œuvre imitant sur un mode humoristique et souvent caricatural, une autre œuvre, ou le style d'un auteur ou bien un genre littéraire non pour palier à un manque d'inspiration (dans ce cas il s'agirait d'un plagiat) mais par pur exercice de style.

Paronomase : La paronomase (appelée aussi paronymie) est un procédé consistant à réunir dans une phrase des mots aux sonorités voisines mais dont le sens diffère. Exemple : Qui se ressemble s'assemble (dicton populaire). Les publicitaires sont friands des paronomases, très utiles pour confectionner un slogan. Le plus souvent la paronomase permet au publicitaire d'associer le produit à une sensation positive. « Entremont c'est autrement bon » (publicité pour la marque de fromage Entremont) « Légal, le goût » (publicité pour la marque de café Légal). » « Le Grand méchant Look (Naf naf). »

Période: Une période est une longue phrase, rythmée par des pauses secondaires. Les idées et les faits sont mis en relief tant par la structure grammaticale que par le rythme.

Périphrase: Consiste à exprimer en plusieurs mots ce que l'on peut dire en un seul: Le paradis des gourmets, pour un restaurant.

Personnification: Un objet, un être inanimé, une chose, une idée, devient une personne. Exemple : “Le mistral était en colère, et les éclats de sa grande voix m'ont tenu éveillé jusqu'au matin.” (Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin).

Pléonasme: Le pléonasme est le fait d'associer deux termes quasi synonymes ou appartenant au même champ lexical. Dire deux fois la même chose. Exemples : Un peu pâlot (pâlot signifie : un peu pâle) Monter en haut. Descendre en bas. Un ciel constellé d'étoiles (constellé signifie : parsemé d'étoiles).

Polyptote: Le polyptote (n. m.) ou dérivation (n. f.) consiste à utiliser des mots dérivées d'un même radical ; par exemple des verbes conjugués à des personnes ou à des temps différents. Exemple : A ma connaissance cet Inconnu est quelqu'un de connu et même d'archi-connu.

Polysyndète: Utilisation répétée de la même conjonction devant des éléments de même niveau syntaxique. Exemple : Ou bien il s'est perdu, ou bien il a eu un imprévu de dernière minute, ou bien il a oublié le rendez-vous. Le contraire de polysyndète est l’asyndète: Absence de conjonction.

Prétérition: La prétérition ou prétermission (n. f.) consiste à dire que l'on ne va pas dire précisément ce que l'on est en train de dire. Exemple : Je ne vais pas me vanter d'avoir réussi, mais je t'avais bien dit que j'étais le meilleur.

Prolepse: Le prolepse ou anticipation (n.f.) ou hypobole (n. f.) est une figure de rhétorique consistant à prévoir une objection et à la réfuter par avance.

Prose: La prose constitue l’écriture non versifiée d’un texte, la prose s’oppose donc au vers. Tout ce que nous écrivons tous les jours, dans les journaux, les récits, est de la prose.

Prosopopée: La prosopopée consiste à faire parler un mort, un animal, une chose personnifiée. Exemple : “Un matin comme il achevait de la traire, la chèvre se retourna et lui dit dans son patois : - Écoutez, monsieur Seguin, je me languis chez vous, laissez-moi aller dans la montagne.” (Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin)

Registre: Manifestation textuelle (dans un texte) d’émotions humaine. Le registre est fonction des émotions que l'auteur a voulu faire ressentir au lecteur ou à son spectateur dans une partie ou sur l'ensemble de son œuvre. Les principaux registres sont les suivantes : Le registre bucolique, burlesque, comique, didactique, épique, fantastique, ironique, lyrique, oratoire, pathétique, polémique, parodique, satirique, réaliste, tragique.

Signifiant: Un signifiant est le son d’un mot, les sonorités produites quand on le prononce.

Signifié: Un signifié est le sens du mot. A distinguer du signifiant.

Soliloque : Un soliloque est un discours d'une personne qui se parle à elle même.

Syllepse : La syllepse consiste à utiliser à proximité le sens propre et le sens figuré d'un mot. Exemple : DORANTE. - Comment se porte-elle ? MADAME JOURDAIN.- Elle se porte sur ses deux jambes. (Molière, Le bourgeois gentilhomme Acte III scène V).

Symbole : Un symbole est une représentation qui a du sens. Exemples : La balance symbolise la justice. La colombe symbolise la paix.


Synecdoque: La synecdoque est un procédé qui consiste à nommer une réalité par une partie de cette réalité ou vice versa (la partie pour le tout ou le tout pour la partie). La synecdoque est une forme particulière de métonymie. Exemples : La partie pour le tout : Les cols blancs (les employés). Les cols bleus (les ouvriers). Les blouses blanches (le personnel médical). Un trois mâts. (Un voilier) Parfois la synecdoque est employée en publicité. « Des millions de dents l'ont choisi » (publicité pour la marque Freedent).

Synesthésie : La synesthésie consiste en l'entremêlement de sensations par le jeu d'une analogie. Plusieurs sens sont convoqués : L’ouïe, l’odorat, le toucher, la vue, le goût. Exemple : “Kenzo, ça sent beau”. (slogan publicitaire du parfum éponyme)

Syntagme : Un syntagme est un groupe de mots ayant une unité de sens. 

Nathalie LECLERCQ

3 commentaires:

  1. Ce site est très bien réalisé et semble exhaustif. Merci de l'avoir créé !

    Conseil: Peut-être espacer chaque figure de style pour aérer l'ensemble.

    RépondreSupprimer