samedi 4 mai 2013

ROBERT DE BORON, LA SUITE DU ROMAN DE MERLIN, BALAAIN, BAUDEMAGUS, RESUME PERSONNAGES





Balaain le sauvage ou le chevalier aux deux épées

            Pauvre chevalier de Norhomberlande.
            Il parvient à s’emparer de l’épée qui ne pouvait l’être que par le meilleur chevalier, il tue la demoiselle qui demandait la tête de l’autre demoiselle qui portait l’épée, Arthur le chasse, Merlin lui dit qu’il s’en repentira. L’autre demoiselle lui prédit qu’il tuera un chevalier avec cette même épée et qu’il périra au cours du combat.

            Un chevalier irlandais part à sa poursuite pour le punir de ce qu’il a fait, B le tue malgré lui. Merlin déclare qu’il est le meilleur chevalier de toute la terre et qu’il réparera bientôt son péché. L’amie du chevalier irlandais se tue de désespoir. Merlin annonce à B qu’il frappera le Coup Douloureux qui blessera le plus saint homme et entraînera pendant 25 ans la ruine de trois royaumes.
            Conseillés par Merlin, Balaain et son frère Balaan attaquent à l’improviste le roi Rion qui se rend à un rendez-vous amoureux. Arthur pardonne à Balaain. Puis ils combattent l’armée de Néro venu venger la mort de Mordret, Merlin retient le roi Loth (son père), puis Pellinor (futur père de Perceval) le tue, Gauvain le vengera en tuant le meurtrier ainsi que trois de ses fils. Arthur érige la statue des trois rois qu’il a déchus. Merlin prédit que les cierges ne s’éteindront qu’à sa mort (victime d’une ruse de femme), ce même jour où Balaain frappera le Coup Douloureux qui inaugurera les aventures du Saint Graal.
            Puis Arthur l’envoie vers un chevalier qui se plaint, avant qu’il ne sache pourquoi, celui-ci est tué par un chevalier invisible. Il promet de le venger, une demoiselle lui reproche la mort de son ami. Il rencontre un autre chevalier qui décide de le suivre. Merlin, déguisé en moine, lui apprend que le chevalier invisible (quand il chevauche) est Garlan, le frère de Pellehan. Celui-ci tue aussi le compagnon de B. Sur sa tombe, Merlin écrit que Gauvain tuera Pellinor dans ce même cimetière. Il retrouve la demoiselle. Ils vont dans un château où celle-ci doit donner son sang pour guérir de la lèpre la dame du château. Elle le sera par le sang de la sœur de Perceval.



            Ils vont chez un vavasseur dont le fils a été blessé par Garlan, il ne guérira que s’il reçoit du sang de son meurtrier sur sa blessure. B se rend chez son frère, Pellehan, roi de Listenois. Garlan lui reproche de ne pas manger et le frappe, Balaain le tue, Pellehan saisit une perche de bois et brise l’épée de Balaain. Il part donc à la recherche d’une arme, il pénètre dans une magnifique chambre malgré l’interdiction d’une voix qui lui dit qu’il n’est pas digne d’y rentrer. Il s’empare d’une lance mystérieusement dressée la pointe en bas, dans un vase d’argent et or. Il tranche les deux cuisses de Pellehan. Le palais menace de s’écrouler. Une voix stridente annonce que la vengeance de Dieu sera terrible. Le pays est jonché de cadavres. Merlin l’aide à revenir de son évanouissement. Le royaume de Listenois sera appelé la Terre Gastee.
            Il rencontre un chevalier qui se plaint que son amie ne vient pas. Balaain trouve cette amie avec un chevalier très laid, il les montre au chevalier qui leur tranche la tête avant de se donner la mort. Accablé, B maudit la malchance qui le poursuit.
            Il arrive à un château où il doit combattre un chevalier sur une île, il échange son écu, une demoiselle envoyée par Merlin, en prédit un grand malheur. Il va tuer son frère Balaan sans le savoir, il accuse la malchance de s’acharner sur lui avant de mourir. Merlin fait de nombreux d’enchantements sur leur tombe.




Baudemagus

            Neveu du roi Urien (époux de Morgain). Merlin prophétise qu’il sera tué par Gauvain.
            Humilié que Tor lui ait été préféré pour la table ronde, il quitte la cour en promettent de n’y revenir que lorsqu’il aura vaincu à la joute un chevalier de la table ronde. Mais Hélie raconte cette histoire dans la branche du Brait.
            Il parle à Merlin avant que celui-ci ne meurt, en essayant de soulever la dalle de la tombe où Merlin est prisonnier: cf. Gaheriet. Personne ne pourrait délivrer Merlin, hormis celle qui l’y avait mis: cf. Nivienne
            Il désarçonne Tor et Aglant en leur disant qu’il est aussi digne qu’eux de siéger à la table ronde. Il leur apprend que Merlin est mort, enterré tout vif et relate ses dernières paroles.

            Il sera retrouvé ligoté et les yeux bandé par Gaheriet. C’était le roi Pellinor, mais on n’en sait pas plus.

Nathalie LECLERCQ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire