mercredi 8 mai 2013

MOLIERE, DOM JUAN, LE PERSONNAGE DE DOM JUAN, DISSERTATION





Plan pour une étude du personnage de Dom Juan

Problématique: Dom Juan, un personnage à masques.



I) Un système à trois composantes
A) Homme à femmes, Dom Juan séduit
- Le nouvel Alexandre, acte I, scène 2, p 32
- Il recherche la totalité des femmes, portrait de Sganarelle (Acte I, s 1, page 29) et de Dom Juan lui-même.
- Toute classe sociale, aristocrate ou paysanne.
- Estocade finale: Sa fausse promesse de mariage: Acte II, s 2, p 50

B) Homme à idées, Dom Juan discourt
- En tant que séducteur dont l’arme principale est la parole, et la fausse promesse: Enjôleur, trompeur, discours répétitif devant Charlotte et Mathurine. Acte II, 4, p 56
- Art de la répartie, réponse du tac au tac: Sganarelle, Elvire, Dom Louis. Acte IV, s 4 et 7
- Art de la tirade, plaisir de la parole, du bon morceau, prononcé en un souffle. Art de l’éloge paradoxal (Alexandre, Acte I, s2, et l’hypocrisie, Acte V, s 2)
- Mais parfois, homme de silence, parce qu’il n’a pas le courage de parler (Face à Done Elvire, Acte IV, s7), et demande souvent à Sganarelle de répondre à sa place.

C) Homme d’argent, Dom Juan diffère sa dette.
- Il évite de payer quoique ce soit à qui que ce soit: M. Dimanche, Acte IV, s 3, Sganarelle (« Mes gages, mes gages, mes gages! » : mot de la fin, morale de l’histoire, abus de confiance, le maître n’a pas honoré sa promesse) et scène du pauvre, Acte III, s 2




II) Anticonformiste, Dom Juan ne ressemble pas au commun des mortels
A) Un grand seigneur méchant homme
- L’habit, la prestance, le parler (voir description de Pierrot, Acte II, s 2)
- L’attitude de Dom Juan avec Carlos: Sa bravoure et sa générosité, Acte III, s 3
- Il se définit comme un conquérant, Acte I, s 2
- La gloire qu’il tire de ses conquêtes amoureuses tient lieu du prestige qu’un noble devrait gagner par le métier des armes.

B) Unité profonde de Dom Juan: L’orgueil (haute opinion de soi et de ses idées, vanité, sentiment de supériorité)
- A l’égard des femmes: Il peut vaincre par tous les moyens
- A l’égard des hommes: Sganarelle, le pauvre, M. Dimanche, il veut les dominer par tous les moyens.
- Par orgueil, il s’est placé au-dessus des valeurs morales auxquelles les autres se soumettent. Là est aussi sans doute la source de son attitude envers les forces surnaturelles, et envers Dieu. Devant le prodige de la statue qui s’anime, Dom Juan ne dit rien, ne s’avoue pas vaincu. Il brave jusqu’à la mort la puissance divine, dont il semblait jusque là nier l’existence.

C) L’impie (Qui offense, méprise la religion. Athée)
Il brave les valeurs traditionnelles:
- Le mariage
- Il croit que deux et deux sont quatre. (Acte III, s 1)
- Réaction de déni face au surnaturel: Le spectre (Acte V, s V, p 101) et la statue



III) Dom Juan va au bout de ses actes, de son masque. C’est un orgueilleux cynique et amer.
A) Son avis sur la médecine, Acte III, s 1, p 61
- Il va jusqu’au bout  de ses propos, et il ne craint pas d’afficher des idées assez avant-gardistes, voire choquantes pour l’époque. Dom Juan est bien souvent le double de Molière qui se cache derrière le masque. Thème récurrent de son œuvre, cf. Le Malade imaginaire

B) Son amertume
- La scène du pauvre, Acte III, s 3: Dieu n’aide personne. Ironie amère: « Un homme qui prie le Ciel tout le jour, ne peut pas manquer d’être bien dans ses affaires », perspective: Veut-il remplacer Dieu? Puisque Dieu ne donne rien au pauvre, Dom Juan promet un louis d’or en échange d’un juron (l’envers de la prière): Donne, Dom Juan te le rendra!

C) L’hypocrite, Acte V, s 1, 2, 3
- Grand seigneur qui peut non seulement savourer le plaisir de duper les naïfs, mais encore se payer le luxe d’afficher son hypocrisie. Ainsi parvient-il à dominer même ceux de sa caste.
- L’hypocrisie est le dernier visage de son orgueil, mais n’en sera-t-il pas puni?

Conclusion: Dom Juan est bel et bien une machine à masques, tour à tour ou à la fois séducteur, discoureur et débiteur, c’est également un être à part de par son anticonformisme, son orgueil et son impiété. Mais Dom Juan est un masque qui va au bout de ses actes et de ses paroles, un grand seigneur méchant homme amer et hypocrite.
                   Si l’on considère l’importance de ce personnage dans la littérature française et étrangère, nous sommes à même de nous demander si ce n’est pas justement la multitude des facettes du personnage, sa complexité qui lui ont permis d’acquérir sa dimension mythique. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire